Tout savoir sur le bail commercial classique

Que vous signiez votre premier bail ou que vous vous prépariez à un déménagement, vous devez comprendre la notion du bail commercial classique ou 369. Savoir quelles questions poser et ce qu’il faut rechercher dans un bail commercial peut vous faire économiser. Vous trouverez dans cet article ce qu’il y a à savoir sur un bail commercial.

Qu’est-ce qu’un bail commercial classique ?

Un contrat de bail commercial classique ou 369 est un contrat permettant à une entreprise de louer un espace de bureau ou un autre bien commercial auprès d’un propriétaire. Le terme « commercial » signifie simplement que le bail se consacre à des activités commerciales plutôt qu’à un logement. Un locataire commercial peut être n’importe qui, d’un propriétaire unique avec une petite entreprise en croissance à une grande multinationale.

Quelles sont les conditions importantes d’un bail commercial 369 ?

Il y a des éléments qui sont généralement inclus dans un bail commercial 3 6 9. Bien que la plupart soient assez standard, ils ne s’appliquent que s’ils sont inclus dans le bail lors des négociations avec le propriétaire.

Il s’agit des éléments suivants :

  • Durée du bail
  • Loyer
  • Autres coûts
  • Dépôt de garantie

Le bail peut également préciser les utilisations autorisées de la propriété. Il existe deux formes d’autorisations à savoir

Utilisation autorisée

Le bail est uniquement pour des activités commerciales spécifiées. Le locataire ne peut pas s’engager dans d’autres types d’activités commerciales sans la permission du propriétaire.

Usage exclusif

Le locataire obtient les droits exclusifs d’effectuer certaines activités dans une propriété plus grande avec de nombreux locataires. Par exemple, un café dans un centre commercial ou un comptable fiscaliste dans un parc de bureaux peut négocier pour l’usage exclusif afin d’éviter que des concurrents ne s’installent à côté.

Que se passe-t-il si le bailleur veut modifier le bail ?

Le bailleur n’a généralement pas le droit de modifier le bail de son propre chef. Pour apporter des changements, il devrait généralement attendre le prochain renouvellement ou offrir quelque chose au locataire pour les amener à accepter les changements.

La principale exception serait si le bail lui-même contient une sorte d’option. Par exemple, le bailleur peut inclure une clause qui lui permet de résilier le bail s’il vend la propriété. En bref, tout changement doit avoir la signature du locataire soit comme une modification, soit comme une option qu’il a acceptée dans le bail initial.

Que se passe-t-il si le locataire veut changer ou sortir du bail ?

Tout comme les locataires ont le droit de s’attendre à ce que leur propriétaire suspende le bail, le propriétaire a également le droit de s’attendre à ce que les locataires suspendent le bail. Il y a, bien sûr, des exceptions à la règle.

Si l’entreprise éprouve des difficultés ou doit déménager dans un autre espace, le locataire peut envisager de résilier le bail. S’il le fait, le bailleur peut avoir le droit de poursuivre le locataire pour le loyer restant dû sur le bail. Dans certains États, le bailleur peut avoir une obligation d’atténuation qui l’oblige à essayer de relouer l’espace et de compenser le loyer qu’il reçoit avec les dommages que le locataire lui doit.